Quelles sont les étoiles montantes du piano ?

Et si les jeunes s’intéressaient à la musique classique…

Depuis 2006, la fondation Louis Vuitton est l’épicentre de la musique classique en France. D’audacieux défis ont été relevés au niveau de l’acoustique et de la capacité de cette salle d’un nouveau genre. L’auditorium accueille aujourd’hui, au minimum, 350 spectateurs assis. Elle offre donc une scène à la hauteur des talents qu’elle promeut. Le piano et plus largement la musique classique pourraient bien, par ce biais, séduire un nouveau public.

Le groupe LVMH propose depuis plusieurs années un cycle consacré aux jeunes pianistes en vogue baptisée “Piano nouvelle génération”. Le principe est simple : le désormais célèbre “vaisseau de verre” du bois de Boulogne s’implique dans la promotion des artistes du monde entier qui feront la pluie et le beau temps sur l’actualité musicale de demain. Pour consulter l’agenda des rendez-vous musicaux : cliquez ici.

5 pianistes de moins de 25 ans au programme

Entre janvier et juin 2019, la salle retentira des prouesses de cinq jeunes prodiges de la scène internationale.

    • Les hostilités sont ouvertes en janvier avec Alexander Malofeev, pianiste russe de 18 ans. Au programme, une promenade musicale enchantée sur les sentiers de l’Europe de l’Est au son des maîtres comme Franz Liszt, Serge Rachmaninov, Serge Prokofiev, Piotr Ilyitch Tchaïkovski.
    • En février, les amoureux du piano, se délecteront de l’incroyable Albert Cano Smit, le Suisse de 21 ans, sur un programme où se succèdent les œuvres de Jean-Sébastien Bach, György Ligeti, Ludwig van Beethoven, Robert Schumann. Ce prodige a reçu les palmes de CBS Music qui note qu’il joue « avec la maturité de quelqu’un qui a trois fois son âge ».
    • Eric Lu, prodige américain de 22 ans, sera quant à lui sur scène début mars 2019. La programmation (Mozart, Brahms, Chopin) est alléchante pour cet artiste qui enthousiasme les foules depuis ses débuts.
    • Dans le cadre d’une exposition sur l’impressionnisme, c’est au jeune pianiste italien Filippo Gorini qu’est confiée la mission de faire résonner peinture et musique classique à la fin du mois de mars. Le choix s’est naturellement porté sur Beethoven et ses
      Variations Diabelli pour piano seul.
    • En mai, ce sera au tour du jeune français Jean-Paul Gasparian qui, à tout juste 24 ans, proposera entre autres pépites, son interprétation de quelques célèbres partitions de Frédécric Chopin.

    Si vous n’êtes toujours pas convaincu par la musique classique et les stars du piano, rendez-vous sur ce blog d’actu musicale.